Conditions et évaluations des initiatives collectives :Capacités d’action, compétences politiques, L’enquête, les publics mobilisés, les dispositifs d’interactions

Quelles conditions requièrent la prise d’initiative collective et les projets en commun de la part de citoyens ? On peut s’interroger sur les capacités d’action et les compétences que ces initiatives et projets collectifs supposent.

L’objectif est ici de mieux comprendre les processus concrets par lesquels des citoyens acquièrent les capacités d’action collective leur permettant de s’impliquer et de s’engager dans des projets qui impactent leur environnement de travail et de vie.

Des recherches ont montré la portée et les limites des dispositifs institutionnels de participation (Carrel, 2013). Les politiques publiques, par exemple celles, dénommées «Ville en transition », et celles qui prônent la démocratie participative, se sont appuyées sur cette « injonction participative » (Blondiaux, 2001). Elles ont expérimenté des mécanismes délibératifs qui devaient permettre aux informations, aux arguments et expertises, de s’échanger. Ces échanges, lorsqu’ils ont été organisés, sont souvent demeurés le fait de peu de monde, et souvent de personnes aux profils sociologiques proches des porteurs de ces politiques.   Les résultats des travaux qui en ont rendus compte nous conduisent à sortir du seul champ de la démocratie délibérative et, même, de ses espaces expérimentaux. Il est essentiel d’ envisager la réalité des pratiques d’interventions sociales, de prises de parole, de prise d’initiative et de mise en action collective.

De nombreuses enquêtes l’ont montré, la construction de telles capacités et compétences dépend largement de la multiplication d’espaces, de dispositifs et d’objets de transaction qui créent les conditions du développement de la mobilisation et de la politisation des acteurs.

 

L’enquête et ses publics

La notion d’enquête à laquelle nous nous référons ici renvoie à ce qu’en disent les chercheurs et praticiens de l’intervention sociale dans la perspective ouverte par les philosophes pragmatistes américains et en particulier par John Dewey. L’enquête, au sens de Dewey (1967), et telle que la présente Joëlle Zask (2004), est avant tout un processus expérimental associant des dispositifs, des espaces de mise en œuvre de ces dispositifs, des objets à produire, en situations et par le biais de dispositifs. Par-delà les acceptions courantes de ces mots dans la vie quotidienne des acteurs, il faut envisager ici les notions d’espace, de dispositif et d’objet comme les constituants de processus d’action et d’arrangements organisant l’exercice de réflexivité de cette action par les acteurs eux-mêmes. Ainsi, la notion d’espace s’entend d’une double façon. Il s’agit ici d’une part du lieu, de la zone concernée par le problème, ou l’enjeu de l’action. Il s’agit d’autre part de la « scène » de mise en œuvre d’interactions menées au titre de la participation, un espace ouvert à la délibération, sous l’une ou l’autre de ses formes. Il en est de même avec la notion de dispositif ; tout à la fois ensemble de dispositions prises pour viser un résultat  consistant à construire un « objet » et potentialités d’interactions et de construction collective de représentations partagées de l’action (Latour, 2006).

Capacités d’agir et de connaître vont de paire et relèvent d’une même dynamique de construction. Ainsi, « placer l’accent sur le caractère expérimental de la connaissance mène à privilégier les opérations de production d’objets, par rapport aux opérations de validation des idées » (Zask, 2004, p.142). L’enquête vue sous cet angle correspond à l’effort à surmonter collectivement pour unifier les pratiques expérimentales des acteurs en situation. La situation problématique incarnée par l’objet à construire devient terrain d’enquête. La production de connaissances sur l’action suppose que le collectif porteur de l’expérimentation, associant militants associatifs et chercheurs, soit en mesure d’être le créateur et le facilitateur du dispositif d’action. Il revient à ce collectif de circonscrire un objet qui doit permettre que s’opèrent les interactions et les transactions entre les acteurs concernés. Cela suppose donc que le dispositif lui-même soit conçu en lien étroit avec les différentes catégories d’acteurs, considérés dans cette logique comme autant de « publics » (Dewey, 1967) spécifiques à construire en tant qu’acteurs collectifs.

 

Les capacités d’action citoyenne et leurs dispositifs de construction : qui, quoi, comment ?

 

Faire référence à la participation, à l’implication, a fortiori, à l’engagement et la contribution des habitants, des citoyens, ne suffit pas à comprendre les dynamiques de prise d’initiative. Pour les comprendre il faut d’abord les caractériser pour tenter de les évaluer et, dans la mesure du possible, de les mesurer.

Il convient, d’abord, d’envisager la composition sociale des personnes concernées, à différents titres, par l’initiative est l’un des aspects majeurs.

La composition sociale doit s’entendre ici sous ses aspects :

  • socio démographique et spatial (âge, sexe, habitat, modes de vie),
  • socio scolaire et qualification (niveau de formation, diplômes, expériences qualifiantes),
  • socio professionnelle (situations et parcours professionnels, emplois, contrats spécifiques, courts, aidés, etc.).

 

Se donner des critères pour préciser cette composition sociale représente un premier niveau d’objectivation de l’analyse des initiatives. Cette composition, « objective » ou tendant vers une certaine objectivité, est utile dans l’argumentation et la dynamique de la mobilisation. Il y sera alors fait référence aux personnes concernées selon des caractéristiques générales, d’habitants par exemple, ou selon des qualités conférées aux personnes et ou aux espaces sociaux concernés, quartiers pauvres, milieux populaires par exemple. Mais, elle ne suffit pas à qualifier cette dynamique.  Il faut aussi envisager la façon dont ces populations, par-delà certaines caractéristiques objectives, se représentent les regroupements, associations et « collectifs » qu’elles forment, et ce à différents niveaux d’intégration collective et de représentations d’un sens partagé de l’action. Ces populations spécifiques existent elles en elles-mêmes et/ou pour elles-mêmes ? C’est la question qui visent à expliciter la démarche d’enquête prônée par Dewey et ceux qui s’en inspirent.

Pour aller dans ce sens, en plus de la caractérisation des populations, il faut spécifier les modalités concrètes de l’action collective et les interactions qu’elle génère au sein ou entre les populations et avec les institutions et les différentes organisations sociales et économiques.

Il faut alors analyser les dispositifs d’action et d’interaction, sous différents angles :

  • les formats, créés spécifiquement ou repris de méthodes d’action existantes : les cycles et récurrences des actions entreprises, épisodiques ou éphémères, les réunions sous différentes formes d’animation, mais aussi les manifestations, les occupations, les expositions, les visites, les ballades (à la manière des balades urbaines de Jane Jacobs) ;
  • les argumentations : récits et présentations ;
  • les ritualisations : le vocabulaire type développé dans le cadre des actions ;
  • les esthétiques et symboliques qu’elles véhiculent ;
  • les supports, physiques et numériques, les écrits, les captations set reportages audio et visuels ;
  • les lieux d’expression et d’organisation,
  • les formes de régulation, décision : formalisation de groupes spécifiques, opérationnels et de pilotage, les mandats donnés, exercés, les chartes et codes sociaux définis.

 

Si l’action se donne la perspective, explicitement ou non, de la mise en commun et de l’instauration de communs, il faudra privilégier dans l’analyse des construits sociaux de l’action collective, ce que, parmi les moyens qu’ils tentent de se donner, les acteurs sont prêts à qualifier de « ressources » partagées ou partageables.

 

Une évaluation faisant explicitement référence aux biens communs ou communs donnera toute son importance à cette notion de ressource dans la dynamique collective. On pourra alors caractériser la dynamique d’action et de mobilisation selon plusieurs dimensions et en s’efforçant d’évaluer l’importance donnée à ces différentes dimensions, en termes de perspectives affichées et/ou de résultats patents ou attendus (Mahieu, 2019).

Une des caractérisations les plus claires des différentes dimensions d’une telle mise en communs est celle développée ci-contre http://unisson.lescommuns.org/

 

Les capacités d’action et les compétences qu’elles supposent

 

Mais ces dimensions représentent autant de potentialités de capacités à mettre en œuvre. A leur tour les capacités sont affaire de compétences parmi lesquelles il faut spécifier ce qui relève de compétence politique/civique (Talpin, 2007)[1]. La compétence civique peut être définie comme la capacité à maitriser les codes et les pratiques nécessaires à l’expression de ses préférences en démocratie (Talpin, 2007, p.95). Si l’on considère que la maitrise de ces codes et pratiques est nécessaire pour agir dans un espace donné, la capacitation citoyenne suppose plus encore la maitrise d’un ensemble articulé de capacités d’action et de compétences  constituant un « espace socio cognitif de capacitation ». Cet espace de capacitation peut être envisagé sous trois dimensions :

  • La première dimension est plus spécifiquement celle de la construction d’une capacité émancipatrice, capacité à faire référence et à pratiquer l’exercice des droits correspondant à la citoyenneté. Cette dimension de capacitation est celle de la construction de compétences plus spécifiquement civiques. Cela suppose que le dispositif rende ici possible des interactions qui sont autant de micro processus de qualification politique. Il s’agit ici de maîtriser différents savoirs et savoir-faire qui se construisent dans l’expérience associative, au sein du dispositif, et se mettent en forme par leur expression sur les espaces (arènes) publics auxquels les publics accèdent. La maîtrise des règles et des codes institutionnels est au centre de cette dimension capacitaire. Dimension plus spécifiquement civique, elle se centre sur la transformation des pratiques plus que sur celle, présumée, des opinions.
  • La deuxième dimension correspond davantage à des compétences actionnelles comme la maitrise à s’insérer dans une dynamique collective, à finaliser, organiser et capitaliser l’action. C’est la sociologie des régimes d’action (Thévenot, 2006) qui rend le mieux compte de ces processus d’action située. Des processus opèrent dans un monde qui n’est pas un monde objectif, ni non plus la vision subjective de chaque acteur, mais le monde à travers les « sens ordinaires » de ce qu’est le monde mobilisé par les acteurs en situation (Corcuff, 1998). Ces régimes d’action sont des régimes d’engagement. Partant du constat q’une unique forme d’engagement ne convient pas à toutes les situations, Thévenot distingue ainsi trois régimes d’engagement : le régime de justification, le régime du plan et le régime de la familiarité (Thévenot, 2006).
  • La troisième dimension concerne plus particulièrement les capacités et compétences en matière de connaissances et d’argumentations socio politiques et socio-économiques. L’argumentation en termes de besoins collectifs, d’usages partagés, d’accès égalitaire aux usages et aux ressources nécessaires pour construire ces usages se construit dans l’action au travers de situations et d’interactions entre les parties prenantes.
Quelles conditions requièrent la prise d’initiative collective et les projets en commun de la part de citoyens ? On peut s’interroger sur les capacités d’action et les compétences que ces initiatives et projets collectifs supposent.

L’objectif est ici de mieux comprendre les processus concrets par lesquels des citoyens acquièrent les capacités d’action collective leur permettant de s’impliquer et de s’engager dans des projets qui impactent leur environnement de travail et de vie.

Des recherches ont montré la portée et les limites des dispositifs institutionnels de participation (Carrel, 2013). Les politiques publiques, par exemple celles, dénommées «Ville en transition », et celles qui prônent la démocratie participative, se sont appuyées sur cette « injonction participative » (Blondiaux, 2001). Elles ont expérimenté des mécanismes délibératifs qui devaient permettre aux informations, aux arguments et expertises, de s’échanger. Ces échanges, lorsqu’ils ont été organisés, sont souvent demeurés le fait de peu de monde, et souvent de personnes aux profils sociologiques proches des porteurs de ces politiques.   Les résultats des travaux qui en ont rendus compte nous conduisent à sortir du seul champ de la démocratie délibérative et, même, de ses espaces expérimentaux. Il est essentiel d’ envisager la réalité des pratiques d’interventions sociales, de prises de parole, de prise d’initiative et de mise en action collective.

De nombreuses enquêtes l’ont montré, la construction de telles capacités et compétences dépend largement de la multiplication d’espaces, de dispositifs et d’objets de transaction qui créent les conditions du développement de la mobilisation et de la politisation des acteurs.

 

L’enquête et ses publics

La notion d’enquête à laquelle nous nous référons ici renvoie à ce qu’en disent les chercheurs et praticiens de l’intervention sociale dans la perspective ouverte par les philosophes pragmatistes américains et en particulier par John Dewey. L’enquête, au sens de Dewey (1967), et telle que la présente Joëlle Zask (2004), est avant tout un processus expérimental associant des dispositifs, des espaces de mise en œuvre de ces dispositifs, des objets à produire, en situations et par le biais de dispositifs. Par-delà les acceptions courantes de ces mots dans la vie quotidienne des acteurs, il faut envisager ici les notions d’espace, de dispositif et d’objet comme les constituants de processus d’action et d’arrangements organisant l’exercice de réflexivité de cette action par les acteurs eux-mêmes. Ainsi, la notion d’espace s’entend d’une double façon. Il s’agit ici d’une part du lieu, de la zone concernée par le problème, ou l’enjeu de l’action. Il s’agit d’autre part de la « scène » de mise en œuvre d’interactions menées au titre de la participation, un espace ouvert à la délibération, sous l’une ou l’autre de ses formes. Il en est de même avec la notion de dispositif ; tout à la fois ensemble de dispositions prises pour viser un résultat  consistant à construire un « objet » et potentialités d’interactions et de construction collective de représentations partagées de l’action (Latour, 2006).

Capacités d’agir et de connaître vont de paire et relèvent d’une même dynamique de construction. Ainsi, « placer l’accent sur le caractère expérimental de la connaissance mène à privilégier les opérations de production d’objets, par rapport aux opérations de validation des idées » (Zask, 2004, p.142). L’enquête vue sous cet angle correspond à l’effort à surmonter collectivement pour unifier les pratiques expérimentales des acteurs en situation. La situation problématique incarnée par l’objet à construire devient terrain d’enquête. La production de connaissances sur l’action suppose que le collectif porteur de l’expérimentation, associant militants associatifs et chercheurs, soit en mesure d’être le créateur et le facilitateur du dispositif d’action. Il revient à ce collectif de circonscrire un objet qui doit permettre que s’opèrent les interactions et les transactions entre les acteurs concernés. Cela suppose donc que le dispositif lui-même soit conçu en lien étroit avec les différentes catégories d’acteurs, considérés dans cette logique comme autant de « publics » (Dewey, 1967) spécifiques à construire en tant qu’acteurs collectifs.

 

Les capacités d’action citoyenne et leurs dispositifs de construction : qui, quoi, comment ?

 

Faire référence à la participation, à l’implication, a fortiori, à l’engagement et la contribution des habitants, des citoyens, ne suffit pas à comprendre les dynamiques de prise d’initiative. Pour les comprendre il faut d’abord les caractériser pour tenter de les évaluer et, dans la mesure du possible, de les mesurer.

Il convient, d’abord, d’envisager la composition sociale des personnes concernées, à différents titres, par l’initiative est l’un des aspects majeurs.

La composition sociale doit s’entendre ici sous ses aspects :

  • socio démographique et spatial (âge, sexe, habitat, modes de vie),
  • socio scolaire et qualification (niveau de formation, diplômes, expériences qualifiantes),
  • socio professionnelle (situations et parcours professionnels, emplois, contrats spécifiques, courts, aidés, etc.).

 

Se donner des critères pour préciser cette composition sociale représente un premier niveau d’objectivation de l’analyse des initiatives. Cette composition, « objective » ou tendant vers une certaine objectivité, est utile dans l’argumentation et la dynamique de la mobilisation. Il y sera alors fait référence aux personnes concernées selon des caractéristiques générales, d’habitants par exemple, ou selon des qualités conférées aux personnes et ou aux espaces sociaux concernés, quartiers pauvres, milieux populaires par exemple. Mais, elle ne suffit pas à qualifier cette dynamique.  Il faut aussi envisager la façon dont ces populations, par-delà certaines caractéristiques objectives, se représentent les regroupements, associations et « collectifs » qu’elles forment, et ce à différents niveaux d’intégration collective et de représentations d’un sens partagé de l’action. Ces populations spécifiques existent elles en elles-mêmes et/ou pour elles-mêmes ? C’est la question qui visent à expliciter la démarche d’enquête prônée par Dewey et ceux qui s’en inspirent.

Pour aller dans ce sens, en plus de la caractérisation des populations, il faut spécifier les modalités concrètes de l’action collective et les interactions qu’elle génère au sein ou entre les populations et avec les institutions et les différentes organisations sociales et économiques.

Il faut alors analyser les dispositifs d’action et d’interaction, sous différents angles :

  • les formats, créés spécifiquement ou repris de méthodes d’action existantes : les cycles et récurrences des actions entreprises, épisodiques ou éphémères, les réunions sous différentes formes d’animation, mais aussi les manifestations, les occupations, les expositions, les visites, les ballades (à la manière des balades urbaines de Jane Jacobs) ;
  • les argumentations : récits et présentations ;
  • les ritualisations : le vocabulaire type développé dans le cadre des actions ;
  • les esthétiques et symboliques qu’elles véhiculent ;
  • les supports, physiques et numériques, les écrits, les captations set reportages audio et visuels ;
  • les lieux d’expression et d’organisation,
  • les formes de régulation, décision : formalisation de groupes spécifiques, opérationnels et de pilotage, les mandats donnés, exercés, les chartes et codes sociaux définis.

 

Si l’action se donne la perspective, explicitement ou non, de la mise en commun et de l’instauration de communs, il faudra privilégier dans l’analyse des construits sociaux de l’action collective, ce que, parmi les moyens qu’ils tentent de se donner, les acteurs sont prêts à qualifier de « ressources » partagées ou partageables.

 

Une évaluation faisant explicitement référence aux biens communs ou communs donnera toute son importance à cette notion de ressource dans la dynamique collective. On pourra alors caractériser la dynamique d’action et de mobilisation selon plusieurs dimensions et en s’efforçant d’évaluer l’importance donnée à ces différentes dimensions, en termes de perspectives affichées et/ou de résultats patents ou attendus (Mahieu, 2019).

Une des caractérisations les plus claires des différentes dimensions d’une telle mise en communs est celle développée ci-contre http://unisson.lescommuns.org/

 

Les capacités d’action et les compétences qu’elles supposent

 

Mais ces dimensions représentent autant de potentialités de capacités à mettre en œuvre. A leur tour les capacités sont affaire de compétences parmi lesquelles il faut spécifier ce qui relève de compétence politique/civique (Talpin, 2007)[1]. La compétence civique peut être définie comme la capacité à maitriser les codes et les pratiques nécessaires à l’expression de ses préférences en démocratie (Talpin, 2007, p.95). Si l’on considère que la maitrise de ces codes et pratiques est nécessaire pour agir dans un espace donné, la capacitation citoyenne suppose plus encore la maitrise d’un ensemble articulé de capacités d’action et de compétences  constituant un « espace socio cognitif de capacitation ». Cet espace de capacitation peut être envisagé sous trois dimensions :

  • La première dimension est plus spécifiquement celle de la construction d’une capacité émancipatrice, capacité à faire référence et à pratiquer l’exercice des droits correspondant à la citoyenneté. Cette dimension de capacitation est celle de la construction de compétences plus spécifiquement civiques. Cela suppose que le dispositif rende ici possible des interactions qui sont autant de micro processus de qualification politique. Il s’agit ici de maîtriser différents savoirs et savoir-faire qui se construisent dans l’expérience associative, au sein du dispositif, et se mettent en forme par leur expression sur les espaces (arènes) publics auxquels les publics accèdent. La maîtrise des règles et des codes institutionnels est au centre de cette dimension capacitaire. Dimension plus spécifiquement civique, elle se centre sur la transformation des pratiques plus que sur celle, présumée, des opinions.
  • La deuxième dimension correspond davantage à des compétences actionnelles comme la maitrise à s’insérer dans une dynamique collective, à finaliser, organiser et capitaliser l’action. C’est la sociologie des régimes d’action (Thévenot, 2006) qui rend le mieux compte de ces processus d’action située. Des processus opèrent dans un monde qui n’est pas un monde objectif, ni non plus la vision subjective de chaque acteur, mais le monde à travers les « sens ordinaires » de ce qu’est le monde mobilisé par les acteurs en situation (Corcuff, 1998). Ces régimes d’action sont des régimes d’engagement. Partant du constat q’une unique forme d’engagement ne convient pas à toutes les situations, Thévenot distingue ainsi trois régimes d’engagement : le régime de justification, le régime du plan et le régime de la familiarité (Thévenot, 2006).
  • La troisième dimension concerne plus particulièrement les capacités et compétences en matière de connaissances et d’argumentations socio politiques et socio-économiques. L’argumentation en termes de besoins collectifs, d’usages partagés, d’accès égalitaire aux usages et aux ressources nécessaires pour construire ces usages se construit dans l’action au travers de situations et d’interactions entre les parties prenantes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Caractériser et évaluer les « publics » par leurs capacités d’action

L’exemple de la construction collective de cartes participatives dans un quartier (Bost, Mahieu, 2017) permet de développer ce point.

Dans ce contexte d’action le dispositif consiste en la réalisation de cartes participatives de quartier (quartier de Fives, Lille). Objet de représentation, la carte est également un objet d’identification. Elle entretient un vocabulaire, favorise une appropriation et s’immisce aisément dans une discussion politique. Toute cartographie crée ainsi une orientation, stimule un sentiment d’appartenance et contribue à souligner, voire à construire une identité. Mais la cartographie, bien qu’appartenant à tous, semble s’éloigner de ceux qu’elle représente, de ceux à qui elle s’adresse : portée par les institutions, il s’agit de délimiter les espaces, d’afficher les frontières, de mettre en lumière les lignes fortes. Elle perd ainsi en force identitaire et se limite souvent à une superposition de publicités. Plusieurs organisations et réseaux du logiciel libre se sont engagés à défendre les valeurs propres à la cartographie libre, incitant à la contribution des acteurs du territoire, notamment autour d’Open Street Map. La cartographie peut alors être envisagée comme un outil de redéfinition du lien social, de participation citoyenne. Partant de ces principes, le code de cette cartographie libre devient support à la mobilisation des communautés et aux contributions concrètes des habitants.

Mais faire contribuer en ligne ou en réel est un enjeu de chaque instant. L’attachement à son environnement, à son territoire, à son quartier, à sa rue peut ainsi véhiculer une motivation pour créer une culture partagée et citoyenne.

Deux expériences de conception de cartes peuvent être brièvement présentées. Deux associations y ont été impliquées, les associations Interphaz et Nasdac à Lille : Use it et Cart’ier.

Ces deux cartes sont dites des cartes participatives, dans la mesure où elles visent à impliquer les habitants dans la réalisation d’un support qui soit à l’image de la ville qu’ils vivent, qu’ils revendiquent et qu’ils habitent. Il s’agit d’outils de compromis et non de cartes sensibles[2]. Elles visent néanmoins des publics spécifiques qui doivent arbitrer entre eux de leur vision subjective respective de leur environnement partagé. Ces cartes questionnent notamment des cercles d’implication variés qui évoluent par rapport aux habitudes de la vie associative et qui interrogent de fait une évolution des pratiques de l’engagement. Ils constituent également des cercles d’acquisition de compétences sociales et civiques différents.

 

  • Use it est un projet impulsé en Belgique par un réseau européen de jeunes backpackers âgés de 18 à 35 ans. Initié en France en 2012, il commence à essaimer dans de nombreuses autres villes françaises. La mobilisation est originale du fait qu’elle touche facilement les jeunes, conquis par l’idée de parler de leur ville à leurs voisins européens. La démarche de mobilisation avec Interphaz est atypique dans le réseau des projets de cartes participatives, dans le sens où sont impliqués en amont plusieurs cercles d’engagement, au travers de soirées participatives, de temps forts et via les réseaux sociaux.

 

  • Dans la continuité est développé un autre projet à l’échelle du quartier. Cart’ier est une carte touristique participative sur deux quartiers qui vivent une forte transformation urbaine. L’action[3] a permis d’engager un processus d’une année autour des notions de participation et de patrimoine. Quatre objectifs ont été définis au démarrage de l’action.
    • Favoriser l’appropriation d’un quartier par ses habitants
    • Fédérer une mémoire collective autour d’un patrimoine culturel à transmettre aux nouvelles générations
    • Promouvoir le patrimoine artistique et culturel d’un territoire post-industriel et délaissé
    • Générer des outils touristiques innovants et participatifs

 

Pour atteindre les objectifs, des outils de suivi de l’impact territorial de la démarche sont construits. Ces outils sont utilisés sur la durée de l’action et permettent de qualifier les indicateurs quantitatifs et qualitatifs définis préalablement. Les indicateurs qualitatifs ont concerné l’impact sur le quartier (en terme de relations, de continuité, d’envies suscitées), mais également l’impact individuel induit par ce projet tant pour les salariés que pour les personnes impliquées. Sur base de ces indicateurs ont été définis  plusieurs cercles d’acteurs, dont les compétences politiques et civiques ont évolué au fil de l’action.

L’analyse de l’action en dispositifs (ici, celui de la conception de cartes participatives) conduit à différencier les différents « publics » (Dewey, 1967) qui naissent de la dynamique-même de l’action. Six d’entre eux sont différenciés :

  • le « noyau actif » de l’association support de l’action (ici Interphaz) ;
  • les «adhérents » associatifs mobilisés dans l’action ;
  • les « engagés », participants actifs de tous (ou presque) les événements constitutifs de l’action ;
  • les « mobilisés », ceux parmi les participants réguliers acceptant d’être des démultiplicateurs de l’action autour d’eux ;
  • les « participants », ceux ayant été présents lors des actions (de certaines, mais pas de toutes) ;
  • les « passants », ceux qui ont été contactés lors de présentation publique de l’action « cartes ».

Chaque « public » et chaque personne concernée peut ainsi être envisagée à l’aune de ses déplacements (en termes de positions sociales et de représentations de l’action) dans cet espace socio cognitif de capacitation. Un approfondissement de la recherche amène à définir ces déplacements en fonction des positions sociales des personnes et des publics.

On peut qualifier les formes et niveaux de réflexivité de l’action menée au sein du dispositif d’action. On peut ainsi voir comment les acteurs mobilisés passent d’une représentation de l’action centrée sur la finalité opérationnelle (ici, la conception et mise au point de cartes de quartier) à une représentation plus large de la finalité de l’action, ouverte à l’intervention citoyenne sur le quartier et à par rapport à des catégories sociales ou des communautés sociales locales.

// Sur l’exemple de la carte Cart’ier//

 

« Publics »

Compétences civiques Compétence Actionnelles Compétences éco-politiiques
Le noyau dur = salariés des deux structures Ils appuient leurs actions sur des résultats tangibles portés par la personne morale à laquelle ils s’identifient.

 

Leurs compétences civiques sont mues par l’action.

 

 

 

Comme évoquées, leurs compétences actionnelles se confondent avec leurs compétences civiques. Les compétences socioéconomiques sont induites. Les individus sont mus par le développement de leurs compétences civiques et par l’agir en commun. Cependant leurs capacités d’entreprendre collectivement sont impactées par la gestion du projet complexe, reposant sur un système d’acteurs variés.
Adhérents associatifs = principalement les membres des Conseils d’Administration Leurs compétences civiques sont liées à la volonté d’adhérer à un projet associatif, de se retrouver dans les valeurs du collectif. Orientées vers une vision utilisatrice, ils agissent pour servir le projet associatif et développent des compétences mues par la volonté d’agir. Les adhérents contribuent financièrement à la vie de la structure. Ils y acquièrent par ailleurs des compétences qu’ils peuvent utiliser dans leurs entreprises personnelles.
Engagés = bénévoles des associations Les compétences visées sont liées à une dimension symbolique et à l’image que les adhérents attachent à la volonté d’adhérer au projet associatif. Les compétences actionnelles sont les premières mobilisées : un engagé va être mobilisé pour sa capacité à faire la buvette, à installer des kits, à aider lors de soirées. Cependant, l’individu ne vient pas pour mettre en œuvre cette dite compétence mais plutôt pour servir un projet auquel il adhère. Il y a dissociation entre les compétences visées et celles mobilisées.  
 

NB// Parmi les engagés, on retrouve également les « volontaires » de Service civique dont le statut hybride entre salariés (noyau dur) et les adhérents mériterait une étude à part entière

 

 

Mobilisés = Comité de rédaction

 

Les mobilisés se sont appuyés sur une volonté de valoriser leur territoire et de rencontrer des pairs avec qui partager une histoire et une vision du territoire. La vision temporelle est présente : ils sont mobilisés sur la durée.

 

Les mobilisés jouent le rôle d’ambassadeurs et ont une action de relais auprès des habitants non engagés.

 

Leurs compétences sociales sont développées par effet induit.

Participants   Leur mobilisation repose essentiellement sur une volonté d’action : agir pour prendre part à un projet. Dans le cadre de la carte, c’est le cas des personnes ayant participé aux balades, aux moments « cafés mémoire », à la soirée de validation Leur participation s’attache à une économie autocentrée : ils sont dans l’échange et dans la volonté de profiter de moments agréables qui leur procurent surtout des capacités émotionnelles et immédiates.
Passants   Ils jugent le projet intéressant et vont, par exemple, agir via la page Facebook (liker).

On ne peut pas parler directement de développement de compétences.

 

 

 

 

Caractériser et cartographier un espace public de proximité

Outre une réflexion sur les mobilités dans le temps et en fonction des actions dans lesquels s’investissent les individus, peut être précisé ce que ces capacités d’action citoyennes et compétences civiques produisent de positionnements sur un espace public de proximité (Laville, 1994 ; Codello-Guijarro, 2003). Nous reprenons à notre compte l’hypothèse d’une possible « constitution » de cet espace à deux niveaux, celui d’un « espace de concertation », ouvert par les premières interactions entre les publics sollicités et rassemblés,  celui d’un « espace d’intermédiation » au sein duquel des processus de création collective et de délibération avec les institutions se construisent dans des processus plus ou moins durables. Cet espace d’intermédiation voit l’émergence de « milieux (tissus) participatifs », capables de générer des actions en « interpellation citoyenne », en « délibération /co décision » et potentiellement en « création d’activités » par mutualisation de ressources et sollicitation de financements publics ou issus de la réciprocité. Dans cette mesure, peut se laisser entrevoir la création d’un espace de codécision, dans lequel il paraît possible d’interpeller la volonté politique des élus ?

En étudiant spécifiquement les cas des cartographies participatives, nous pouvons relever des évolutions dans les parcours d’acquisition de ces capacités d’action. Mais, qu’il s’agisse d’acquérir de nouvelles compétences ou d’en approfondir d’autres, la participation à l’engagement relève de plusieurs champs. D’autres analyses réflexives sur d’autres actions et dispositifs sont nécessaires. Elles devraient permettre de commencer à définir ce que sont les conditions permettant la continuité, voire la permanence de l’action ; les conditions permettant aussi sa duplication (dans d’autres contextes de quartier et d’autres compositions socio-économiques) ; les conditions permettant enfin de la grossir en enjeux décisionnels et en prolongement et approfondissement vers d’autres domaines d’action politique et économique.

 

Références bibliographiques

Blondiaux L. (2001), « Démocratie locale et participation citoyenne : la promesse et le piège »,
Mouvements, 2001/5 no18, p. 44-51.

Bost S., Mahieu C. (2017), « Construire le pouvoir et savoir d’agir : L’approche par le dispositif d’interactions, l’exemple des cartes participatives », communication au colloque « les expérimentations démocratiques aujourd’hui : convergences, fragmentations, portées politiques », organisé à Paris par le GIS Démocratie et Participation, Janvier 2017.

Carrel M. (2013), Faire participer les habitants ? Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires, Paris, ENS Editions.

Codello-Guijarro  P. (2003), « Vers la construction d’un espace public de proximité », Hermès, N°36

Corcuff P. (1998), « Justification, stratégie et compassion : Apport de la sociologie des régimes d’action », Correspondances, Tunis, n°51, juin.

Dewey J. (1967), Logique, la théorie de l’enquête, Paris, Presses Universitaires de France.

Dewey J. (1915, 2005), Le public et ses problèmes, Paris, Folio Essais.

Latour B. (2006), Changer la société, Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte.

Laville J-L. (1994), L’économie solidaire, une perspective internationale, Paris, Desclée de Brouwer.

Mahieu C. (2019), « Pour entreprendre (la mise) en communs : L’accompagnement pair à pair ? », L’Imaginaire Communs, Cahiers Catalyst, n°0, à paraître.

Talpin J. (2010), « Ces moments qui façonnent les hommes, Eléments pour une approche pragmatiste de la compétence civique », Revue Française de Science Politique, Vol.60, pp. 91-115.

Thévenot L. (2006), L’action au pluriel, Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Découverte.

Zask J. (2004), « L’enquête sociale comme inter-objectivation », in B. Karsenti et L. Quéré (eds.), La croyance et l’enquête, aux sources du pragmatisme, Paris, Editions de l’EHESS.

[1] Cf . le numéro spécial de la Revue Française de Sciences Politiques (2007, Vol 57).

[2] Sur la différence et les définitions entre cartes sensibles et cartes participatives, nous pourrons nous référer au site du www.polau.org: POLAU (Pôle des Arts Urbains) et le travail d’Elise Olmedo (Doctorante Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne).

[3] Dans ce cas, elle est portée conjointement par Interphaz et Nasdac (association culturelle du quartier) et a été cofinancée par la Fondation de France (Appel à projets Démarches Participatives).