Médiation, Intermédiation à l’âge de la créativité diffuse

L’introduction d’un séminaire proposé par ALLISS  (Alliance Science Société) développait l’idée suivante en guise de définition des activités de médiation/intermédiation que ce soit dans le domaine scientifique et de la recherche ou que ce soit dans les domaines culturels et artistiques.

« La notion « d’inter-médiation » est l’occasion, pour les organisateurs du séminaire, d’inviter les participants à analyser des pratiques effectives de médiation pour dégager un fond commun à ces différentes pratiques, à la fois de manière trans-sectorielle et à l’intérieur de chaque secteur. Il s’agit aussi d’interroger la manière dont se passent ces mises en relation entre des experts, des praticiens, des acteurs, et des intermédiaires ainsi que la construction d’un langage partagé. L’idée est de mieux comprendre ce qu’est l’inter-médiation, la caractériser, et identifier dans quels champs elle est – ou peut devenir – une profession ».

L’intermédiation est-elle seulement, et même d’abord, une question d’intermédiaires, professionnalisés ? Est-ce une question de transactions (échange et transmission de contenus dans des formats reconnus, de connaissances…) entre des acteurs aux positions sociales établies, ou est-ce une question qui relève de la construction collective, commune, d’un espace d’interactions[1], d’un « milieu » au sein duquel se construisent des intermédiations relevant de processus collectifs de co création ?

Pour apporter quelques éléments de réponse à ces questions, je ne reprendrai pas l’exemple des intermédiations en matière de recherche, mais plutôt celles qui concernent la création artistique.

Si on prend en considération ce que l’on pourrait appeler le travail créatif-intellectuel [2], on verra que les similitudes sont fortes.

L’occasion est fournie par le souhait exprimé par les acteurs participant d’un écosystème des arts plastiques visuels en région Hauts de France de former une « filière » de façon à répondre aux attentes des pouvoirs publics régionaux qui veulent « aider » les acteurs culturels à se développer et à contribuer à l’ « attractivité » du territoire. Ces acteurs se réunissent depuis deux ans pour faire ce travail d’interconnaissance de leurs positions, de leurs activités, de leurs ressources communes à partager, à gouverner.

La « demande » exprimée par les pouvoirs publics est toute à la fois claire et ambigüe. Il y a l’idée de considérer ce « secteur » des arts visuels comme une « branche économique », comme une autre. Cette demande est faite de la même façon aux autres secteurs culturels (le spectacle vivant, les musiques classiques et actuelles, le livre, etc.). On encouragera les acteurs à explorer l’économie du secteur, les chaînes de valeur, les produits, les transactions…. Cette demande n’est pas rejetée par les acteurs, mais fait l’objet d’une réélaboration qui tient compte de la réalité des relations et des intermédiations complexes qui caractérisent cet écosystème.

En effet, on comprend vite qu’on ne peut pas aborder la notion de filière avec une représentation industrielle avec des processus bien spécifiés et professionnalisés de financement, de production, de diffusion/commercialisation d’œuvres. Et on ne peut pas non plus en rester à une représentation des activités polarisée par, d’une part, le (ou les) marché(s) de l’art et, d’autre part, l’intervention publique.

La complexité que suppose l’exploration de cet écosystème n’est pas celle de la multiplication des acteurs et de leurs positionnements pour des contenus ou des produits inchangés. Cette complexité provient de la multiplication/diversification des processus d’interactions et d’intermédiations ainsi que des contenus artistiques que ces intermédiations produisent. Le paradoxe est ici qu’au moment où la fragilisation des positions artistes apparait avec plus de netteté, nous pourrions vivre une « époque de créativité diffuse »[3], une époque de co-création élargie à une diversité d’acteurs, un contexte qui, plus globalement s’agissant des processus de valorisation générés notamment avec les potentialités du recours aux technologies cognitives et créatives, correspondrait à « un nouveau régime d’interactions » [4]. Vue sous cet angle,  l’activité artistique englobe une diversité de processus politiques, sociaux, économiques, culturels. Les processus de création, en arts visuels, tout autant que dans d’autres domaines de création, montrent une diversité de positions de co-création, mais aussi d’intermédiations qui sont autant de « milieux sociaux » dans lesquels les positions des acteurs ne peuvent être envisagées à l’aune de la mesure des compétences et des caractéristiques de métiers traditionnelles. Mais ce qui complique beaucoup la compréhension d’un écosystème de la création artistique, est le fait que cette époque de créativité diffuse est aussi celle de la diffusion massive de produits culturels, de la possible spéculation sur les œuvres du fait d’une économie financiarisée de la rente, du saisissement par les entrepreneurs du capitalisme de la « figure même du créateur »[5]. De nouvelles figures de créatifs émergent dans des processus artistiques ouverts à de nouvelles interactions sociales, solidaires[6], et on ne peut que constater l’intégration du « créatif » dans le cœur des processus de valorisation de l’économie dominante[7].

A cela il faut ajouter l’analyse qui doit être faite de l’extension du travail créatif-intellectuel [8] et de ses conséquences sur les transformations des métiers et positions intellectuels, métiers et positions que l’on trouve souvent associés aux expérimentations menées dans ces processus de créativité diffuse. En plus des divers métiers artistiques, les projets de création associent ainsi de plus en plus une diversité de ces métiers ; des architectes, des sociologues, des développeurs en informatique, etc.

La question de la place des intermédiations dans ces processus de création doit être regardée avec plus d’attention encore. On peut constater la multiplication des intermédiations que l’on pourrait qualifier de traditionnelles et qui sont bien repérées dans leurs rôles de diffusion et de valorisation de l’art (visuel, actuel) en région. Des études[9] qui leur ont été consacrées, il en ressort des topographies des « mondes de l’art » spécifiques aux régions et aux grandes agglomérations. Ces topographies distinguent le monde institutionnel, « constitué du fond régional d’art contemporain (FRAC), de l’école des beaux-arts et de lieux labellisés dédiés à l’art contemporain (musées, centres d’art, etc.) », du monde marchand, « constitué de galeries proposant des œuvres d’art »[10]. Un autre monde est envisagé, désigné « mondes intermédiaires », mais peu repéré dans la spécificité des intermédiations qui en résultent. Ces intermédiations sont créatrices de milieux territorialisés de co-création artistique. Les prendre en compte suppose de percevoir l’irruption des processus d’action sociale et solidaire à l’intérieur des processus de création. Et l’on comprend que ceux qui œuvrent dans de tels processus puissent s’adresser à d’autres institutions que celles de l’art et de la culture (la DRAC et les services art et culture des collectivités territoriales, notamment) et se tourner vers d’autres politiques comme celles en charge de la Ville, ou du soutien à la participation citoyenne ou à l’ESS. Comprendre ces intermédiations nouvelles suppose de prendre en considération le forme réseau du travail artistique dans ces contextes de créativité diffuse ; formes faites d’appariements singuliers d’acteurs et de métiers divers, de fonctionnements « rhizomiques » qui peuvent déboucher sur des modalités, elles –mêmes renouvelées, d’engagements artistiques, parfois loin des formes idéalisées des positions « artiste ». Cela suppose aussi de s’intéresser aux formes de valorisation économique dans lesquels opèrent ces processus d’intermédiation et aux conditions concrètes de construction de leur viabilité économique. Cette recherche de viabilité peut prendre le chemin de l’action pour la constitution et la reconnaissance de nouvelles formes d’action publique et de nouveaux appuis publics dans le cadre de nouvelles politiques culturelles co construites avec les acteurs des secteurs art et culture, comme cela s’est engagé avec l’action du CRAC en région Hauts de France. Elle peut aussi prendre le chemin d’un entrepreneuriat alternatif de l’activité artistique et culturelle,  éventuellement appuyé par les dispositifs de l’ESS. Le processus de la reconnaissance sociale des réseaux est alors indissociable de la reconnaissance des milieux sociaux qui les portent. On voit alors que ces milieux ne sont pas de simples lieux de coordination fonctionnelle, mais des lieux de coopération et de contributions, certes dans des modes d’organisation plus ou moins hiérarchisés et dominés, ou potentiellement égalitaires ; ce qui n’est pas sans poser de problème compte tenu des approches qui pourraient en être faites en termes de différences d’intérêts ou de différentiels de notoriété. Sous cet angle, ils renforcent la nécessité d’un repérage des espaces, des lieux, des situations dans lesquels s’opèrent ces processus de création spécifiques aux arts, plastiques, visuels.

Si l’on voulait approfondir les questions liées à ce contexte spécifique de la création artistique, il faudrait approfondir un travail d’observation et d’analyse déjà initié au moment où ont été développées les expérimentations et les réflexions ayant donné naissance au mouvement des « Nouveaux Territoires de l’Art », à la fin des années 1990.

Cela revient à s’intéresser aux espaces et friches artistiques et à faire converger le travail d’observation de ces phénomènes en région avec celui engagée par certains collectifs pluridisciplinaires de chercheurs/acteurs artistiques tels ceux rassemblés au sein de la coordination nationale des lieux intermédiaires (CNIL) ou de l’Institut de Coopération pour la Culture[11]. Il faudrait également articuler plus étroitement ces problématiques avec celles qui se développent aux points de convergence des potentialités offertes par la dimension alternative de l’économie numérique collaborative avec les développements actuels de l’ESS qui se nourrit de nouvelles initiatives en « communs »[12].

 

Alors qu’en est-il de ces intermédiations en matière d’activités de recherche ? Ces éléments ne sont-ils pas à reprendre et à adapter aux spécificités de ces autres travaux créatifs intellectuels producteurs de connaissances, pour qui et avec qui ?

[1] Je reprends ici l’orthographe du mot telle qu’elle est pratiquée dans la sociologie interactionniste et pragmatique.

[2] Moulier-Boutang Y. (2007), Le capitalisme cognitif La nouvelle Grande Transformation, Editions Amsterdam, Paris.

[3] P. Nicolas-Le Strat, 1998, p.27

[4] Colin N., Verdier H. (2012), L’âge de la multitude, Entreprendre et gouverner après la révolution numérique, Armand Colin, Paris.

[5] P. Nicolas-Le Strat, idem, p. 28.

[6] Sans réduire la question à ce que décrit Paul Ardenne à ce sujet, c’est aussi la question de l’art « contextuel », cf. P. Ardenne, Un art contextuel, Flammarion, Paris, 2002.

[7] C’est toute la question des « industries Créatives » (R. Caves, Creatives Industries, Harvard University Press, 2000) et des potentialités de développement économique que les pouvoirs publics mettent en avant dans la région Hauts de France.

[8] Moulier-Boutang Y. (2007), Le capitalisme cognitif La nouvelle Grande Transformation, Editions Amsterdam, Paris.

[9] De Vrièse M., Martin B., Melin C., Mouveau N., Sagot-Duvauroux D. (2011), « Diffusion et valorisation de l’art actuel en région », Culture études, n°1, janvier.

 

[10] de Vrièse et al., idem, p.2.

[11] Une reprise plus précise de ces travaux viendrait ici conforter l’argumentation. Parmi les auteurs inspirant sur ces questions : Desgoutte J. (2016), Commun(S) Vers une poétique des Lieux Intermédiaires, ARTfactories/Autre(s)pARTs ; Henry P. (2014), Un nouveau référentiel pour la culture, Editions de l’attribut, Toulouse.

 

[12] Cette question mériterait également un développement, parmi les références : Dardot P., Laval C. (2014), Commun Essai sur la révolution au XXIème siècle, La Découverte, Paris ; Coriat B. (ed.) (2015), Le retour des communs La crise de l’idéologie propriétaire, Les Liens qui Libèrent, Paris.